Retour aux actus

École

Jimmy Temporao Da Costa, Product Owner chez Radio Canada, ESD Promo 2018

Après une année chez Radio France en contrat de professionnalisation lors de son Mastère Expert Stratégies Digitales à l’ESD, Jimmy décide de s’envoler vers Montréal au Canada où il occupe le poste de Product Owner pour la radio et TV nationale Radio Canada. Il va nous expliquer ce qu’est un Product Owner, nouveau métier qui a dépoussiéré celui de Chef de Produit. Retour sur son parcours.

 

 

Jimmy, peux-tu nous présenter ton parcours de Product Owner ?

Après une licence Chef de Projet Numérique et 1 année à Londres pour améliorer mon niveau d’anglais, je décide de rentrer en France pour finir mes études au sein de l’ESD en Mastère Expert Stratégies Digitales. Je décroche un contrat de professionnalisation chez Radio France en tant que Product Owner.

J’ai gardé en tête cette envie de découvrir d’autre pays, je savais donc déjà que je repartirai à l’étranger l’année suivante…
Une fois diplômé, j’ai donc naturellement fait ma demande de VISA pour le Canada, et me voilà Product Owner / Chef de Projet chez Radio Canada !

 

 

Comment as-tu découvert le métier de Product Owner ?

J’ai découvert le métier de Product Owner lors de mes 6 premiers mois chez Radio France. Je m’occupais de la radio FIP, plus précisément d’un projet avec Deezer qui avait pour vocation de créer une smart radio sur la web radio Tout Nouveau Tout Fip sur lequel on pourrait créer des playlists personnalisées.

Durant les 6 mois qui ont suivi, j’ai pris part au projet de refonte du site de la radio Mouv’ avec un coach qui a formé l’équipe sur les rituels AGILE, les ateliers de cadrage, les roadmaps, …

Ce fût particulièrement enrichissant pour moi humainement parlant, mais cela m’a surtout énormément apporté quant aux techniques de management des équipes techniques et la communication avec les développeurs.
Je suis désormais en poste chez Radio Canada au sein de l’équipe innovation où nous travaillons sur des projets R&D (Intelligence Artificielle, assistants vocaux, start-up lab…).

Fun Fact : il y a 6 mois lorsque j’étais en encore chez Radio France, nous avions eu une présentation de ce projet avec Radio Canada, je me rappelle m’être dit “ tiens, peut-être que j’y serai dans 6 mois… ”

 

 

Le métier de Product Owner, concrètement c’est quoi ?

Si je devais décrire mon métier à un novice, je dirais que je suis le chef d’orchestre d’un projet qui a pour but de maximiser la valeur d’un produit numérique. Mais après 2 ans, ma mère ne comprend toujours pas ce que je fais donc je doute que mon explication éclaire beaucoup de monde… (rires)

Le Product Owner fait beaucoup d’analyse de statistiques, du comportement des utilisateurs sur un site web, de ce qu’ils attendent du produit / service. Il travaille soit en mode “conception”, ce qui correspond à la création ou à la refonte d’un site, soit en mode “run” durant lequel il faut maintenir et améliorer le site.

C’est en quelque sorte un Chef de Produit “augmenté” grâce à la gestion de projets en mode AGILE. L’agilité permet d’avoir un produit en amélioration constante. On travaille en sprints (généralement 2 semaines), pendant lesquels on doit livrer ce qui est planifié dans un backlog (= tableau de bord des tâches).

La communication est clé dans le métier de Product Owner : par exemple chaque matin nous avons un stand-up, tout le monde se lève et pendant 10 minutes à tour de rôle on explique ce sur quoi on travaille et les difficultés qu’on rencontre. Désormais les développeurs sont impliqués dès le début du projet, ce qui permet au produit final de gagner en technicité.

Niveau évolution, on devient naturellement Product Manager après quelques années d’expérience. Le “PM” se rapproche plus de la stratégie du produit tandis que le « PO » est avec l’équipe technique au quotidien. D’autres métiers sont également possibles comme Coach AGILE ou Scrum Master, mais un bagage technique est préférable.

 

 

Que peux-tu nous dire de ton expérience à l’ESD ?

Ce qui m’a tout de suite attiré à l’ESD c’est le Start Up Lab, mais également le fait qu’il y avait de nombreuses matières, ce qui permettait de toucher à tout.

Le gros plus de l’ESD c’est sans aucun doute les projets sur lesquels on travaille tout le long de l’année. Il ne s’agit pas de cas fictifs que l’on trouve dans des livres mais bel et bien de projets réels, que nous présentons directement aux entreprises concernées. Ces projets sont l’occasion parfaite de mettre en application tout ce que l’on apprend en cours, ils permettent donc de considérablement monter en compétence en l’espace d’une semaine.

J’ai aussi beaucoup apprécié le Grand Entretien, évaluation innovante qui remplace l’habituelle soutenance de mémoire, et est le point final de ce Mastère. J’ai pu créer mon propre site web en me servant de l’ensemble des compétences digitales acquises au cours de mon Mastère. Cela m’a permis de faire le point sur mon parcours.

 

 

Si tu devais donner des conseils aux futurs diplômés ?

Premier conseil : choisissez bien votre stage / alternance ! Pas nécessairement l’entreprise au sein de laquelle vous allez travailler, mais votre poste lui, est très important. Cette ligne sur votre CV va déterminer la suite de votre carrière.

Second point, ne négligez pas le réseau que vous offre l’ESD. Vous avez la chance d’être sans cesse au contact de professionnels du secteur, que ce soit les intervenants ou même par exemple les jurés lors des présentations. Ils accordent toujours un réel intérêt aux idées des élèves, et ils vous donnent des conseils, voire des contacts pour vous permettre de concrétiser vos projets.
Je peux vous assurer que c’est très valorisant et particulièrement utile une fois sortis de l’école !

N’hésitez pas non plus à développer des projets personnels autour du digital, ils vous seront bénéfiques un jour ou l’autre.